III-3) Et ils inspirèrent...

 

III-3) ILS INSPIRERENT L’AVIATION…

 

    

·        Puisque les oiseaux sont ci doués pour le vol, et qu’il existe un grand nombre d’espèces aux caractéristiques de vol différentes, ils semblent évident pour les Hommes de les observer, afin de remédier aux problèmes rencontrés par l’aéronautique, dans le domaine, notamment, de l’aérodynamique…

 

·        Au cours de l’Histoire, les oiseaux ont permis d’améliorer les techniques dans ce domaine, et d’arriver, à long terme, à réaliser des machines splendides et exceptionnelles.

 

 

v     LES DEBUTS

 

Þ   Les défaites

 

·        Les Hommes ont toujours eu envie de voler, depuis l’Antiquité, voulant ainsi imiter les oiseaux qu’ils admiraient. La légende d’Icare, héros de l’Antiquité grec, qui aurait été doté de la capacité de voler illustre bien cet aspect de l’Histoire. Désireux de monter toujours plus haut en altitude, il se brûla les ailes au Soleil.

 

·        Longtemps, les Humains tentèrent de réaliser des inventions plus folles les unes que les autres, censées pouvoir battre des ailes, telles des oiseaux. Ce fût le cas de Léonard de Vinci, dès le début du XVIe siècle. Mais il ne fallait pas trop rêver. Il ne fallait pas espérer avoir des prétentions sur le talent de nos amis oiseaux, qui, rappelons ont évolué pour voler, contrairement à l’être Humain. La structure des ailes d’oiseaux sont complexes et précises et sont des dons presques parfaits de la nature, et il est impossible d’imiter la technique du vol battu de cette manière…

Des plans de Léonard de Vinci

Þ   L’Aventure Clément Ader.

 

·        Mais celui à qui l’on doit les débuts de l’aviation moderne, c’est l’ingénieur français Clément Ader, célèbres pour ses nombreuses inventions visionnaires. Bien décidé à faire voler une machine plus lourde que l’air, comme il le disait lui-même, il réalisa l’Eole en 1890. Cet avion primitif, dont l’aérodynamique, à cette fois ci était bien étudiée, fût directement inspiré d’un animal : la chauve-souris (bien que ce ne soit pas un oiseau).

 

·        Les ailes de cet avion motorisé imitaient celles des chauves souris, qui sont capables de modifier la flèche du profil au cours du vol. D’ailleurs, on trouvait six manivelles sur l’Eole modifiant la structure de l’aile. Il faut noter également qu’il s’agit de la première aile profilée, permettant au phénomène de portance de se produire. Ce fût une idée révolutionnaire puisque l’Eole réussit à décoller…

 

 

 

v     ET APRES ?

 

 

De nos jours encore, rares sont les avions qui ne sont pas réalisés suite à des observations ornithologiques. Les Hommes sélectionnent au préalable les performances attendues par leur machine afin d’imiter les oiseaux adaptés. On connaît quelques exemples de ces réalisations.

 

     Des réalisations classiques…

 

·        Les planeurs de compétition sont pour la plupart conçus sur la base de l’albatros, qui a, à la fois, une excellente portance, et une traînée très faible. Ainsi, on est face à des réalisations très compétitives, qui ont une finesse inégalé, et par conséquent, un plané exceptionnel.

 

·        Les avions de chasse les plus rapides sont construits en imitant les oiseaux portant des ailes à grande vitesse. En effet, celle-ci ayant une très faible résistance avec l’air, elles permettent à un chasseur aérien de prendre rapidement des vitesses élevées.

 

·        De plus, la structure d’une aile est directement inspirée du squelette des oiseaux. En effet, ceux-ci ont les os creux, ce qui les allège et leur facilite le vol. C’est pourquoi les nombreuses structures cylindriques qui soutiennent l’aile d’avions sont elles mêmes creuses et fabriquées avec des matériaux très légers.

 

Et d’autres beaucoup moins…

 

 

·        Les oiseaux, au cours du vol, modifie le positionnement de leur aile par rapport au vent, afin de s’adapter à n’importe quelle condition.

 

·        De nos jours, le principal défi des ingénieurs aéronautiques est de construire des avions, qui, eux-mêmes, peuvent se transformer au cours du vol, par l’intermédiaire de manœuvre piloté. Cela semble être de la science fiction, et pourtant, cette expérience a déjà été réalisée…

 

L’avion de combat Américain F-111, construit en 1967, détenait la capacité de déployer ses ailes, pour adopter plusieurs configurations de vol. Il pouvait, par exemple, passer d’une aile classique, à une aile delta.

 

 

·        Une récente étude à mené les scientifiques à penser que les ailes digitées des oiseaux permettaient de réduire les effets de la traînée induite, en « divisant » les vortexs par le nombre d’interstices au niveau des rémiges. Ils essayèrent donc à la fabrication de ce type d’aile, mais n’eurent pas satisfaction, tant la complexité de ce système est inaccessible aux technologies actuelles.

                                                                    Prototype d'aile digitée

 

 

L’aéronautique est donc dépendante de l’oiseau, qui aujourd’hui encore, est bien meilleur que nos appareils les plus High-techs, dans le domaine du vol.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site
Création de site Amiens